Vers un nouveau déni de démocratie

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Ne touchons pas au traité de Lisbonne car, si on le faisait, il faudrait tout reprendre à zéro», avertit un proche du chef de l'État. L'idée est, qu'une fois que leurs 26 partenaires de l'UE auront ratifié, les Irlandais seraient alors fortement enclins à réexaminer leur refus. «Comme les Français, les Irlandais ont de la personnalité mais, en même temps, ils ont un profond ancrage européen», plaide-t-on à l'Élysée. Certes, juge-t-on aussi plus sévèrement, «ils ont bien profité du jackpot européen et veulent conserver leur cassette» mais, précisément, «nous sommes prêts à leur donner des garanties

C'est ce que 
le Figaro nous annonce: Nicolas Sarkozy veut faire revoter les Irlandais ! Quand le peuple refuse le projet technocratique d'oligarques européens ( si il a la chance de pouvoir être consulté ! ), on repasse le plat. Au risque d'une indigestion: alors que les Irlandais ont été sermonnés de voter à nouveau le Traité de Nice, rejeté une première fois en 2001, sous prétexte que celui-ci marquait une avancée inéluctable et fantastique pour l'Europe, on lui annonce aujourd'hui que le Traité de Lisbonne doit absolument être adopté, puisque le Traité de Nice ne fonctionne pas. C'est tout simplement se moquer du monde !

Parmi les arguments les plus succulents, on nous serine que l'Irlande ne peut pas décider pour 490 millions d'habitants. Sauf que les gouvernements des divers pays de l'Union, qui ont ratifié le Traité de Lisbonne par la voie parlementaire n'ont pas eu le courage de consulter leur peuple, au risque de se voir opposer un camouflet... L'actualité du jour nous le prouve: Le Traité de Lisbonne a été ratifié par la Chambre des Lords britannique; Gordon Brown sachant qu'un référendum avait toutes les chances d'aboutir sur un non en Grande-Bretagne, alors que l'euroscepticisme des britanniques n'est plus à démontrer.

C.L. pour JPF75.com

Publié dans Europe

Commenter cet article