La FCPE et deux syndicats de l'Education nationale veulent marxiser les programmes d'instruction civique

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Six petits groupes et syndicats fanatiques protestent contre les programmes d’instruction civique à l’usage des classes de 3ème, trop « xénophobes » à leur goût. SOS Education dénonce une manœuvre absurde et déplacée, qui vise une fois de plus à faire de l’école le terrain de luttes idéologiques qui n'ont rien à y faire.

Un obscur "Groupe d’information et de soutien des immigrés" (Gisti), la Ligue des Droits de l’Homme, le Réseau éducation sans frontières (RESF), la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE) et les syndicats de l’Education Ferc-CGT et Snes-FSU, attaquent un passage du nouveau programme consacré à la nationalité et à la citoyenneté exposant que « La diversité de la population sur le territoire national est prise en compte en faisant apparaître (…): la nature des droits civils, économiques et sociaux accordés à tous les habitants régulièrement installés sur le territoire national ».

"Xénophobie", diagnostiquent ces militants dans un communiqué collectif.  Pour eux, il y a du racisme dans le fait que les programmes ne précisent pas que les immigrés clandestins ont les "mêmes droits" aux allocations et à la sécurité sociale que les étrangers habitant régulièrement en France, et que les citoyens français eux-mêmes.

Ils exigent qu'on enseigne aux collégiens pendant les cours d’instruction civique que toute personne qui parvient à franchir illégalement la frontière obtient automatiquement les mêmes "droits" que les autres. Tout autre discours est accusé de "racisme".

Les six organisations entendent dénoncer « fermement toute tentative de transformer l'éducation civique en prosélytisme en faveur d'une vision réductrice de l'immigration et des droits de l'Homme », communiquent-elles encore.

Article trouvé sur: www.soseducation.com 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article