Réforme des Institutions : Philippe de Villiers dénonce les menaces et le chantage de la majorité !

Publié le par Jeunes Pour la France Paris


Philippe de Villiers dénonce les méthodes utilisées par la majorité UMP pour convaincre les parlementaires MPF de ne pas s'opposer à la réforme des institutions : "Je viens de faire savoir de manière véhémente au président de l'Assemblée nationale et au président du groupe UMP à l'Assemblée que les cinq parlementaires MPF et moi-même étions choqués par les méthodes utilisées par eux, qui relèvent de la menace, du chantage, et de la tentative d'achat". "Je leur demande de cesser le harcèlement téléphonique. Les cinq parlementaires du MPF reçoivent un appel toutes les heures venant de tous les horizons de l'Etat".

Philippe de Villiers a lui-même reçu quatre appels d'Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux Collectivités Territoriales, laissant entendre que le futur redécoupage électoral pourrait concerner le département de la Vendée. Alain Marleix a indiqué à Philippe de Villiers : «on ne pensait pas s'occuper de la Vendée, mais je pense qu'on va s'en occuper ».

Par ailleurs, Philippe de Villiers souligne qu’actuellement, "il y a un quart du gouvernement qui ne fait qu'appeler les parlementaires qui veulent s'opposer à la réforme" et rajoute que les cinq parlementaires MPF seront présents lundi et voteront non à la réforme des institution, rejetée par le MPF parce qu'elle fait sauter le verrou référendaire sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. 


Communiqué des Jeunes pour la France de Paris:

C'est une double-trahison de la part du Président de la République.

Trahison sur ce point d'abord: alors que le candidat Sarkozy promettait pendant la campagne de bloquer l'adhésion de la Turquie, la majorité présidentielle, à l'occasion de la réforme des institutions, dénature l'article 88-5 en permettant de faire sauter le verrou référendaire pour l'adhésion d'un pays à l'Union européenne. La majorité des 3/5e, dans chaque assemblée, pourra, si la réforme est adoptée, enterrer la ratification par référendum, ouvrant ainsi la voie à une entrée de moins en moins inéluctable de la Turquie au sein de l'UE (puisqu'on peut raisonnablement estimer que la majorité parlementaire n'a pas modifié cet article sans arrière-pensées).

Trahison aussi de l'entente UMP-MPF: malgré les chantages de l'UMP, le déistement du parti présidentiel en faveur des candidats de notre mouvement dans certaines circonscriptions, à l'occasion des élections législatives, n'imposait aucunement un soutien de la part du MPF sur la révision constitutionnelle.

A l'évidence, le Mouvement Pour la France, loin des chantages, des bassesses et du clientélisme devenus sports nationaux au sein du parti majoritaire, est le seul à défendre l'intégrité et l'équilibre des institutions de la Ve République. Il est aussi le seul à se battre pour préserver l'identité de l'Europe, en refusant toute compromission à propos de l'adhésion turque.

Si l'enjeu de cette réforme était de revaloriser le rôle du parlement, il faudrait peut-être commencer par respecter les parlementaires, et cesser de prendre les députés pour des godillots. 
Après cet épisode, gageons que nos électeurs tiennent compte de ces tentatives viles et mesquines de la part de l'UMP, à l'occasion des prochaines échéances électorales.

Les Jeunes Pour la France de Paris 

Publié dans Actualité du MPF

Commenter cet article