Encore une fois, il se fiche de nous !

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Il a osé le dire... Décidément ce p'tit Nicolas !

Ce matin, Nicolas Sarkozy a prononcé son dernier discours avant la fin de la présidence française de l'UE. S'il reconnaît que sa demande de faire revoter les Irlandais a «choqué», il a insisté "ce n'est pas irrespectueux de leur demander de revoter [...] l'esprit européeen, c'est d'abord un esprit de compromis".
Il faut "écouter l'autre" et "trouver les voies communes pour trouver une solution au problème".

Peut-on laisser faire cela ? Comment rester passif ?

Les Jeunes Pour la France de Paris trouvent cette déclaration scandaleuse et humiliante pour les peuples et pariculièrement pour le Peuple Irlandais, dont on méprise le vote. Pour les eurobéats, il n'y a qu'une issue au vote, le oui.

Chacun peut en effet comprendre l'enjeu historique des élections européennes de 2009, afin qu'elles tiennent lieu de référendum sur le Traité de Lisbonne, la perspective d'un vote populaire ayant été refusée par nos élites, terrifiées à l'idée d'un nouveau NON.

C'est tout le sens du vote Libertas, pour encourager les peuples privés de référendum à donner une majorité à ceux qui veulent d'une Europe respectueuse des souverainetés nationales et des peuples.

Comme le disait déja Bertold Brecht en évoquant les régimes totalitaires "Si le peuple vote mal, il faut dissoudre le peuple". On est guère loin de cette sombre perspective d'une Europe dictatoriale, qui décide de 80% de nos lois et qui se fait non seulement sans les peuples, mais désormais, contre leur volonté.


- Jeunes Pour la France - Ne pas subir -

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article