Reclassement de salariés pour 69 euros mensuels en Inde: le PDG de l'entreprise s'explique

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Cette affaire a fait grand bruit, et est révélatrice de l'hémorragie des délocalisations que subit notre pays, confronté à la concurrence déloyale des pays à bas salaires, ainsi qu'au poids exhorbitants des charges et des réglementations.
Ce PDG, pour parer aux difficultés économiques de son entreprise de textile, a proposé à ses salariés de travailler en Inde pour 69 euros.

Dans une interview à la Dépêche du Midi, il explique sa décision. Il évoque la course effrénée aux délocalisations pour augmenter les profits, l'enfer des 35 heures, et la suppression des quotas à l'importation de produits fabriqués dans des pays à très faible coût de main d'oeuvre.

Petits extraits choisis.

"C'est la loi française qui nous oblige à faire par écrit une proposition de reclassement si on dispose d'autres sites même si c'est en Papouasie ou au Bangladesh. Je suis conscient que c'est stupide mais c'est la stupidité de la loi."

"J'ai toujours défendu le travail en France. Mais nous sommes dans un milieu très concurrentiel avec des clients qui ne sont pas toujours très loyaux et qui veulent acheter de plus en plus loin pour payer de moins en moins cher alors qu'ils revendent toujours au même prix."

"Et d'ailleurs si on est encore debout par rapport à certains de nos concurrents qui ont déjà déposé le bilan, c'est parce qu'on a délocalisé."


"
Ne me parlez pas des gouvernements, qu'il soit de gauche ou de droite, on n'a jamais été aidé. Il y a d'abord eu les 35 heures qui ont été un coup de massue pour la filière textile. Ensuite on a libéré le marché en supprimant les quotas qui nous aidaient bien avant."

Publié dans Economie

Commenter cet article