La démocratie européenne, vue par le MoDem

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Le tract du MoDem diffusé ce week-end sur les marchés est riche d'enseignements en matière de démocratie. C'est normal, me direz-vous, puisque « MoDem » n'est rien d'autre que l'acronyme de Mouvement Démocrate. Reste que ce qu'on peut lire est décoiffant...

En effet, le sixième point développé dans le document est une critique de l'organisation à 27 de l'Union Européenne, « souvent paralysante ». Pensez donc, la marche effrénée vers l'euro-fédéralisme se trouve, sinon menacée, ralentie depuis deux ans.

Qu'à cela ne tienne, le MoDem a une solution : il défend « l'idée d'une avant-garde européenne (notez le lexique qui rappelle la grande époque du socialisme triomphant), qui sera capable de faire bouger les choses. Pour nous, c'est la zone euro, les seize pays qui ont une monnaie unique en partage qui doivent former cette avant-garde ». Il y aurait ainsi des pays dont la voix est sans intérêt. Le Royaume-Uni, la Pologne, la Suède ou le Danemark, pour ne citer qu'eux, apprécieront. Certains français aussi, désignés d'office par les bayrouistes, pourraient ne pas être séduit par l'idée de devoir continuellement sacrifier leurs intérêts - même si c'est déjà le cas, très officieusement - sur l'autel de l'exemplarité européiste.

En attendant, les Jeunes Pour la France de Paris ne peuvent que conseiller au MoDem de rechercher d'urgence la définition encore en vigueur de démocratie. Le traité de Lisbonne, réprouvé par les irlandais, n'est pas encore applicable !

Commenter cet article