La schizophrénie de Michel Barnier

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Michel Barnier doit fait preuve d'une schizophrénie particulière.

Ancien commissaire européen, candidat à Strasbourg, prochainement à nouveau commissaire, quel crédit lui accorder alors qu'il ne siègera probablement pas à Strasbourg ? Où est le respect de l'électeur ?

Sur toute une quantité de sujets, il va devoir se transformer en caméléon.
Prenons 3 exemples :

- Il se disait favorable en 2004 à l'entrée de la Turquie dans l'UE. Par souci tactique électoraliste évident, il dit se retrancher derrière la pseudo opposition de Sarkozy (bien que les faits démontrent tout le contraire depuis 2 ans).

- En janvier 2009, il se disait favorable au coupage rosé (mélange de vin blanc et de vin rouge). Depuis, il s'est montré défavorable sans se retracter puisqu'il n'a pas voté contre en mars dernier à Bruxelles.

- Il dit souhaiter une Europe protectrice (qui ne le souhaiterait pas ?). Mais le traité de Lisbonne remis en selle par Sarkozy organise tout le contraire. Son préambule interdit toute protection douannière alors qu'il faut justement mettre en place une protection économique (une forme d'écluse douanière) pour pouvoir maintenir la protection sociale, vu la différence de coût de main d'oeuvre avec les pays qui organisent un véritable dumping social.
Quand il va revenir à la commission de Bruxelles en tant que commissaire, il devra se montrer le serviteur zélé de M. Barroso dont la politique ultralibérale, libre-échangiste à l'excès n'est plus à démontrer.

Publié dans Politique française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article