Elections européennes: communiqué des Jeunes Pour la France de Paris

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Les listes Libertas ont réalisé un score décevant de 4,8% au niveau national dont 3,28% en Ile de France, où elles étaient conduites par Jérôme Rivière.

Néanmoins, l'excellent score de Philippe de Villiers dans l'Ouest, de 10,3%, dont plus de 32% en Vendée confirme l'ancrage du Mouvement dans ces terres de l'Ouest, et le rayonnement régional de l'action de Philippe de Villiers au sein de son département.

Le très bon résultat de l'UMP et l'abstention massive sont bien évidemment les raisons pour lesquelles le score de Libertas n'a pas été conforme aux attentes. En effet, la campagne de l'UMP reposait sur la stratégie du mensonge. Elle s'est axée sur les mêmes thématiques que celles portées par le MPF et CPNT : une préférence communautaire pour protéger nos emplois, le refus de l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne et le rejet de la technocratie bruxelloise. Sur le premier point, l'UMP a ratifié au Parlement le Traité de Lisbonne, qui grave dans le marbre l'interdiction de la préférence communautaire. Sur le second point, le gouvernement français a accéléré le processus de négociation pour l'adhésion de la Turquie. Sur le troisième point, l'UMP prétend dénoncer le fonctionnement d'institutions qu'elle a pourtant toujours soutenu et qu'elle continuera de soutenir. Cette stratégie de pillage de nos idées, qui s'ajoute au refus du débat de la part de l'UMP, et à l'occultation médiatique dont nous avons été victimes, a conduit les Français a renouveler leur confiance à des dirigeants qui leur mentent. On peut y voir l'effet de la crise, qui dédouane aux yeux de beaucoup d'électeurs de la majorité, la responsabilité du Gouvernement et de ses prédecesseurs dans la situation dramatique que connait la France aujourd'hui.

Cette analyse révèle à quel point nos idées, plus que jamais, sont majoritaires. Et c''est sans compter sur une abstention record, de plus de 60%, qui traduit le réel désintérêt des Français pour cette Europe lointaine, technocratique, et autiste. Ces abstentionnistes, pour beaucoup d'entre eux, ne croient plus à la politique, parce qu'il n'y a plus de politique sans souveraineté. Les décisions sont désormais prises ailleurs: à Francfort pour notre politique monétaire, à l'OMC pour notre politique commerciale, à Washington pour notre politique étrangère, depuis la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN. Et lorsqu'on consulte - rarement - les Français sur la politique européenne, nos élites contournent sans vergogne la volonté populaire, dont nous avons, avec le Traité de Lisbonne, copié-collé du Traité Constitutionnel rejeté en 2005, un exemple malheureux. D'autre part, la régionalisation absurde du scrutin, voulue par l'UMP et le PS, avec des circonscriptions ne correspondant à aucune réalité affective ou politique, et la non-campagne orchestrée conjointement avec les médias a accentué le peu d'intérêt pour ces élections jugées ininterressantes et sans enjeu: seule la course aux places parmi les 4 grands partis eurobéats UMP-PS-Verts-Modem suscitait la rare couverture médiatique de ces élections.

Soulignons aussi la triste percée des écologistes-bobo emmenés par le lanceur de pavés soixante huitard, Daniel Cohn-Bendit et le repris de justice José Bové. Il est désolant de voir que 16% des Français, 41 ans après Mai 68, croient encore en ce vide intellectuel, moral et spirituel qui nous a été légué par ces évenements. Nicolas Sarkozy prétendait en liquider l'héritage, il en est aujourd'hui le digne héritier : la société de Mai 68, avec les effarants projets de location d'utérus ou d'homoparentalité, portée par des hommes politiques obsédés par leur peopolisation, est plus que jamais sous nos yeux.

Alors, ce score décevant peut déclencher un véritable sursaut de la part des Français. A nous de continuer le combat pour la Vérité, pour nos valeurs, pour la France, afin de convaincre nos concitoyens que le vrai vote de conviction, le vote utile pour le redressement de notre pays, c'est le vote MPF. Ce combat, plus indispensable que jamais, doit nous conduire à peser durablement, lors des échéances futures, pour agir dans la Cité. A nous de rassembler autour de nos valeurs, et d'appeler à cette fin à une union des droites authentiquement conservatrices et souverainistes.

Merci infiniment à tous les militants qui ont donné de leur temps, de leur énergie, de leur courage pour servir leurs convictions. Leur combat ne s'arrête pas là.



Les responsables des Jeunes Pour la France de Paris
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article