Minarets et crucifix : le double langage du Conseil de l'Europe

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

"L'interdiction de construire des minarets en Suisse aboutira à une discrimination des musulmans et portera atteinte à leur liberté de religion" vient de clamer le Conseil de l'Europe. A ses yeux, le référendum suisse est non-avenu, car il semble manifestement heurter la bienséance du "politiquement correct droit-de-l'hommiste". Pourtant, les musulmans de Suisse ne seront pas empêchés de construire des lieux de culte. On se demande en effet en quoi les droits de l'homme seraient bafoués, alors que le respect de l'urbanisme et de l'identité d'une nation sont clairement menacés par l'édification de minarets, symbole d'un islam conquérant et politique.

Il y a quelques semaines, la Cour Européenne des Droits de l'Homme - organe juridictionnel du Conseil de l'Europe - avait estimé que les crucifix dans les classes italiennes étaient... une atteinte à la liberté de religion.

A travers sa conception à géométrie variable des Droits de l'Homme, et par ses considérations plus que douteuses sur la liberté religieuse, le Conseil de l'Europe se positionne clairement en faveur de la déchristianisation et de l'islamisation de l'Europe. Espérons que ses prises de position et son ingérence dans les affaires d'un pays qui n'a aucune leçon de démocratie à recevoir seront condamnées par les hommes politiques suisses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

willycat 12/12/2009 17:31


Recherche militants UMP pour défendre le clip humoristique "Changeons le monde".