Second tour des élections régionales: communiqué

Publié le par Jeunes Pour la France Paris

Les Français ont largement confirmé aujourd'hui leur vote du premier tour des élections régionales. Malgré tout, les listes de la Majorité ont limité l'ampleur de la défaite, avec une victoire décisive de Philippe Richert en Alsace. C'est la preuve que la gestion responsable de la droite en Alsace a satisfait les électeurs malgré la "nationalisation" manifeste des enjeux du scrutin, qui a largement profité à la gauche. Quant à Valérie Pécresse, elle réalise un score honorable de 43% selon les estimations. La remontée du Front National lors de ces élections doit inciter le Gouvernement à appliquer une véritable politique de droite, dont les valeurs sont portées par le Mouvement Pour la France.

Les causes de la défaite sont en effet davantage nationales que locales. L'étude de l'abstention nous apprend qu'elle été d'autant plus élevée que lorsque Sarkozy a réalisé un score important lors des élections présidentielles de 2007.

Ce soir, ce n'est pas la gauche qui a bénéficié d'un plus large soutien populaire, mais bien la droite qui a souffert de la défiance de ses électeurs, dont une grande partie s'est massivement réfugiée dans l'abstention. La raison est simple: comme peuvent en témoigner les nombreux retours des députés revenus de leur circonscription, ou ceux des militants de la Majorité sur le terrain, l'électorat qui a porté Nicolas Sarkozy est désorienté par une politique de rupture avec les promesses qu'elle portait en 2007. A l'époque,53% du corps électoral et le Mouvement Pour la France avaient accordé leur soutien à Nicolas Sarkozy, dont les engagements portaient sur la liquidation de l'héritage de Mai 68, sur la mise en œuvre de tous les moyens pour réduire l'insécurité, sur la fermeté dans la politique d'immigration,  sur des réformes d'envergure, sur le respect du "non" de 2005 à la Constitution européenne. A l'époque, Nicolas Sarkozy voulait d'une "droite qui n'ait plus à s'excuser d'être de droite" et ce sont sur ces engagements que le MPF a rejoint la Majorité Présidentielle en Août dernier.

Trois ans plus tard, l'électorat de la Majorité aura vu défiler l'ouverture à gauche, le "bling bling", l'explosion de l'insécurité, l'augmentation sans précédent des naturalisations s'inscrivant dans une politique d'immigration particulièrement laxiste, mais aussi de nombreux soutiens ministériels au mariage homosexuel ou au moeurs dissolues d'un membre du Gouvernement. 

Tous ces événements auront marqué le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy sans pour autant que cela ne se traduise par l'avènement des réformes attendues, dont le rythme, bien que soutenu, n'aura pas été à la hauteur de l'ampleur qu'on attendait d'elles. 

Face à ce désavœu, les Jeunes Pour la France de Paris espèrent que la Majorité et le Gouvernement tireront des résultats de ce soir les conclusions qui s'imposent. Les Français attendent du Président de la République, du Gouvernement, et de  Majorité, qu'ils s'engagent fidèlement auprès des Français autour des réformes promises, en respectant les valeurs de la droite, afin de ne pas donner une seule chance au Parti socialiste de transformer l'essai en 2012.

Publié dans Actualité des JPF 75

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article