De l'extrême gauche à l'UMP: sur la même ligne en matière de libertés communautaires... destructrices de la Nation


Pour les Politiciens de l’UMP du Modem du PS et de l’extrême gauche, l’Union Européenne n’est qu’un vaste marché où les libertés de circulation se font au détriment de la Nation.

Les articles 3 et 14 du traité CE prévoient l'instauration entre les États membres d'un marché intérieur caractérisé par la libre circulation .

Le système communautaire a mis en place un principe selon lequel l’ensemble des échanges de marchandises sont soumis à la liberté de circulation ; sachant que cette liberté s’applique « à tout produit, appréciable en argent et susceptible de former l’objet de transaction commerciale ».
Elle est garantie par deux dispositifs distincts : celui des articles 23 à 25 qui vise à supprimer les obstacles tarifaires et celui des articles 28 à 30 qui s’intéresse aux limitations quantitatives des importations et exportations. Le pouvoir de l’Etat pour protéger sa production nationale est réduit à néant du fait de ces mécanismes. Les quotas et les charges fiscales discriminatoires ou tout ce qui y ressemble est formellement interdit sous peine de condamnation de l’Etat membre qui le fait. La campagne de promotion d’achat de produits nationaux est même interdite par le juge communautaire. (Jurisprudence « Buy Irish »). Ce comportement ne peut que favoriser un « Dumping social , fiscal et juridique » des Etats qui se voient en concurrence au niveau de la production.

Si on comprend les motivations des libéraux qui y voient une façon de faire réduire leur couts de production on ne comprend pas aux premiers abords la position des socialistes si ce n’est leurs haine du travail manuel et industriel et la possibilité d’avoir par le biais des délocalisations une réserve de pauvres et de chômeurs prêts à voter pour eux .



La liberté des citoyens communautaires dans l’UE se décline en trois volets. Elle concerne d’une part les travailleurs salariés (art. 39 à 42 TCE), d’autre part la liberté d’établissement (art. 43 à 48 TCE) et enfin les prestations de service (art. 49 à 55 TCE). Cette liberté a trois buts :

- Tout d’abord séparer la citoyenneté communautaire et la citoyenneté nationale.

- Ensuite, son ambition est de mettre en concurrence les différents systèmes de formation vers une clientèle unique et indivisible: l’exemple le plus criant étant la médecine.

- Le troisième objectif est de mettre les différents services en concurrence de différents pays entre eux dans un système d’égalitarisme totalement inique qui favorise les minima salariaux, sociaux et juridiques. La meilleure illustration en est la directive Bolkestein et la jurisprudence communautaire de 2002 Portugaya. Dans ce combat, la gauche européiste, en raison de son internationalisme « humaniste » a joué un rôle clé, et peu s’étonneront que pour services rendus, l’ancien commissaire et membre du PS Pascal Lamy soit devenu le Directeur général de l’OMC organisation où la France est représentée par un commissaire européen.

Face à ce terrible constat juridique, le Mouvement Pour la France ne peut que montrer son scepticisme sur l’orientation actuelle de l’Europe de Bruxelles et sur ses priorités. Le MPF demande que soit rendus aux Nations les pouvoirs en matière de décision et de liberté de circulation. L’Europe n’est pas seulement un marché c’est une communauté de Nations libres qui partagent des valeurs civilsationnelles communes, et au premier chef le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

François Razunowski
Pour jpf75.com